Hors Champ, L'Animation Socioculturelle en Tunisie

Hors Champ, L'Animation Socioculturelle en Tunisie

Et des Dossiers et des Dossiers et de la poussière !

 

Jamais le dicton « wait and see » n’a été aussi frustrant qu’en ce moment. Je suppose que dans tous les ministères, il y’avait plein de dossiers qu’il était impératif d’ouvrir après le 14 janvier. Depuis huit mois, il ne se passe pas un jour sans qu’on n’entend parler d’une affaire dégotée dans un dossier, mais dans la confusion totale on ne sait jamais s’il y’a eu suivi ou pas, les informations fusent dans un « ordre » totalement chaotique, issues de sources souvent invérifiables.

Et pour notre Ministère (jeunesse et sports) qu’en est-il ? On retrouve le même schéma, sauf que les dossiers s’accumulent, s’entassent, s’ajoutent de jour en jour, et les affaires qui en ressortent sont de tous les types et genres imaginables, allant des « petits délits » aux plus graves, impliquant de la petite et simple maison de jeunes jusqu’aux Directions tenues par des « Directeurs Généraux ». On trouve de tout et de toutes les couleurs, un arc en ciel sombre et angoissant pour ne pas dire démoralisant.

Quelques exemples de dossiers qui ne font que s’empiffrer de poussière et qui risquent de ne jamais voir le jour, ni profiter d’une bonne bouffée d’oxygène. Juste pour la galerie :

  • Une animatrice qui ne veut en aucun cas lâcher la direction d’une maison de jeunes de laquelle officiellement elle a été relevée, malgré toutes les injonctions de la Direction générale, et du Commissariat régional. L’institution sans direction s’est appropriée l’expression « Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse »
  • Un Directeur de centre de jeunesse « limogé » qui a intégré son nouveau poste d’animateur mais refuse de faire la passation avec le nouveau directeur du centre. Une quarantaine de cadres et d’ouvriers lâchés « sans roi ni lois ».
  • Un inspecteur « dégagé » par les animateurs de la région, s’obstine à y rester, faisant émerger de sous la poussière d’anciennes guerres tribales et fratricides dont personne ne peut prévoir les conséquences. Des « flux et reflux » incessants mais camouflés enflent le problème, Facebook est seul a exposé le côté émergeant de l’iceberg.
  • Un inspecteur, accusé d’harcèlement sexuel, mais comme ce genre d’histoires est vraiment tabous encore chez nous, tout se passe dans les coins les plus obscurs, les plus sombres mais pas les plus silencieux, et chacun a sa propre histoire à raconter, chacun a sa propre vérité et bien sûr sa propre théorie.
  • Un observatoire de la jeunesse, qui a vu passer sous son nez la révolution, étant occupé à justifier le budget dilapidé, ailleurs que dans ses prérogatives et à falsifier les statistiques relatives aux préoccupations des jeunes (supposés objets d’enquêtes).
  • Un ancien ministre (d’avant le 14 janvier) qui a tellement magouillé qu’on ne sait lequel de ses dossiers donner comme exemple. Mais prenons celui des animateurs recrutés en catimini, (sans passer par les règles imposées dans les recrutements), quand on sait que des ressortissants de Bir El Bey attendent des fois six années pour être admis et que leurs collègues des dernières promotions, étant dans les bonnes grâces du Ministre sont automatiquement recrutés. N’est-ce pas un crime contre l’humanité ?
  • Une responsable, haut responsable, arrive à s’introduire dans le système et à y introduire sa fille nouvellement diplômée la faisant bénéficier du statut de titulaire. Comment est-ce possible ? Elle n’est pas informaticienne, juste capable de ne pas faire sortir la souris du bureau… Reste qu’il faut chercher le complice, parce qu’il n’est guère évident de faire ce genre de manipulations.
  • Des sommes d’argent faramineuses offertes à des associations aux détriments des infrastructures, des programmes, de la formations, etc. laissés pour compte (comme les 500 millions, cadeau à l’association « Besma », ou les 150 millions une donation à La Agrebi l’obscure, et j’en passe, n’ayant pas toutes les données).

J’arrête là l’énumération, je pense que c’est suffisant pour illustrer mes propos d’introduction.

Des dossiers, plein de dossiers, et il en sortira encore beaucoup, beaucoup plus, qui dorment, qui commencent à sentir le moisi.

Les personnes incriminées ne sont guère inquiétées, on a même su qu’il y’en avait qui ces jours-ci vont avoir d’importantes promotions.

Comment voulons nous que les choses se passent autrement quand on nous dit que l’Inspection générale, seule habilité à ouvrir ces dossiers, à enquêter, subit elle aussi des fissurations, des remous, et des conflits internes ?

« Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse »



29/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres